Quand les AML se font « passeurs de lumière »